Logo RiverNet
by ERN 
European Rivers Network

L'effacement de barrages

                    
english                       demnächst


 

effacements en :

France

Espagne

Etats unis

 

retour à la page pricipale de RiverNet



The Dam when it collapse  (June 24, 1998, St. Etienne de Vigan, France)
Photo:ERN European Rivers Network Roberto Epple / SOS Loire Vivante

 

Regardez le magnifique trailer du film "Damnation"

Commentaire, en anglais seulement):
This powerful film odyssey across America explores the sea change in our national attitude from pride in big dams as engineering wonders to the growing awareness that our own future is bound to the life and health of our rivers. Dam removal has moved beyond the fictional Monkey Wrench Gang to go mainstream. Where obsolete dams come down, rivers bound back to life, giving salmon and other wild fish the right of return to primeval spawning grounds, after decades without access. DamNation’s majestic cinematography and unexpected discoveries move through rivers and landscapes altered by dams, but also through a metamorphosis in values, from conquest of the natural world to knowing ourselves as part of nature.

 

L'effacement de barrages

Europe :

La situation et le context en Europe

1.1 France :

- 2013 : l'éffacement du barrage f'Envernay sur l'Orne en Normandie, ()vidéo)
- 2011- ? : l'effacement des barrages sur la Sélune (Barrage de Vézins, 36m et barrage "La roche qui boit" 16m)
- 2011- 16 : l'arasement et transformation du barrage de Poutès (Haute Allier, France), après 20 ans de campagne
- 2007 : L'effacement du barrage de Fatou (La Beaume, affluent de la Loire), Haute Loire)
- 2006 : Lessons learned from dam removal experiences in France (EDF), pdf, 885 k
- 2005 : L'effacement du barrage mobil de Blois (Loire moyenne) 2.5 m
- 2003 : L'effacement du barrage de Brives Charensac (Haute Loire) 3 m
- 1998 - 99 : L'effacement du barrage de Maisons rouges 1998-1999 4 m, + Video dispo
- 1998 - 99 : L'éffacement des barrages de St. Etienne de Vigan 12 m, + Video dispo
- 1996 - 98 : L'effacement du barrage de Kernansquillec (en anglais) 15 m

- Plaquette Enlever les vieux barrages inutiles sur la Loire et les rivières de France (2008)



1.2 Espagne :

env. 300-500 barrages ( la plus part des petits) ont étés détruits (situation en 2008).

Liens :

- Le barrage de Robledo va disparaitre de la carte...
La "Confederación del Tajo" va démolir le barrage de 23m de hauteur hors service depuis 1990

http://ccaa.elpais.com/ccaa/2014/02/09/madrid/1391967968_595758.HTML

- 2013 : deux bonnes vidéos au sujet des derniers effacement sde barrages en Espagne :
- Liberons les rivières : Propositions du WWF en faveur de l'éffacement de barrages :
Avril 2009 http://assets.wwf.es/downloads/presas_informe_completo.pdf
Video http://www.youtube.com/watch?v=wPZmugrqxzc (en espagnol)

- "Dam Removal on a Roll in Spain, 2008" : http://internationalrivers.org/en/node/3645 (english)

- Video (court): la démolution de " Presa del Tranco", Río Manzanares - Madrid 2008, YouTube

- Interview avec Pedro Brufao, Rios con Vida (Spain) http://internationalrivers.org/en/the-way-forward/river-revival/interview-with-pedro-brufao-rios-con-vida-spain (english)


2.1 Etats unis

Documents et ressources :

- Carte des effacement de barrages ou seuils (par American Rivers)

- River Recovery trough dam decommissioning (British Columbia, Canada)
- Le site Web de la campagne River Revival / Decommissioning aux Etats-Unis (ext.anglais)
- Report : Beyond Dams (American Rivers / IRN) Options + Alternatives 88 pages pdf,1.6 MB,e
- la liste de 654 barrages effacées eux USA de 1999 - 2006 (American Rivers website) en anglais
- "The - Clearinghouse for Dam Removal Information" (une platform neutre pour la mise à disposition d'information au sujet de l'effacement de barrages

Videos

- Watch the great "Damnation" trailer !
- The final blast of Glines Canyon Dam, the Elwha is Free (2014)
- Taking a Second Look: Communities and Dam Remova)
- Dam Removal: A Big Change for Small Communities
- Elk Creek Dam: Le début de la démolition , Video ( Army Corps of Engeneers), Youtube, 2008, Southern Oregon, USA
- Video de la démolition du "Gold Hill Dam", Rogue River, USA, 2008, YouTube
- Milltown Dam Removal , Clark Fork Rivers, near Missoula Montana, USA 2008, YouTube
- time-lapse video of the breach of the Marmot Dam, on the Sandy River in Oregon.USA, 2007,YouTube
- Marmot Dam removal - final version,Sandy River,USA, 2007,YouTube
- Horse Creek Dam Explosion, (Sisquoc Creek/Sanata Maria River), Los Padres National Forest,California, USA,2006 YouTube
- Bear Run Dam Removal,close to Pittsburgh,Pennsylvanie,USA,2008 ?, YouTube

 


La situation en Europe

désolé, cet article est disponible uniquement en anglais :

The European context

On the European continent, as everywhere in the world, dam building has been very common for centuries and millenniums. It used to be small dams built with basic means. They were used for irrigation and less often for navigation or wood transportation.

With industrial revolution, development of fluvial transport and agricultural improvements, needs became more and more important. At the same time, building technology has improved and the size of dams progressively grew

Many medium size dams in Europe that have been built from the beginning of the century to the end of World War II are now reaching the end of their lifetime. Most of these dams are located in mountainous areas and especially in the Alps (Switzerland, Italy, France, Austria) and in Norway. They are 3 to 25 meters high or more and were built for electricity or, less often, for water - supply.

After WWII, dam projects were more and more important and were located both in mountainous areas and on lower parts of rivers (and even sometimes on estuaries).

In most European countries (with the exception of some Eastern countries, and the ex-Soviet Union) almost every dam is under a concession which lasts from 40 to 60 years. This period is usually smaller than the physical lifetime of the building.

These concession, granted by the state, are defining, depending on the state :

  • the aim of the structure (type of production),
  • the methods of exploitation,
  • minimum flow release
  • ownership of the equipment, powerhouse and dam during and after the end of the concession
  • what has to be done if the concession stops (renaturalisation, renewal of the concession etc.)
  • from time to time, who has to pay the renaturalisation.
  • the taxes,
  • etc.

Some countries have other types of concessions:
Criteria can be: size, power capacity, height or length of the dam, reservoir volume , private or public ownership….
For little dams smaller than approx. 5 m and especially in the case of very old dams, concessions are often incomplete or inexistant


When Dams become old

In western and northern Europe an estimated minimum of ten thousands or more dams higher then approx. 3 m are about to ask for a renewal of their concession during the next 10 - 20 years. The figures for eastern and southern Europe are unknown yet.

There will therefore be, from 2010 on, another important number of big dams built from the 50ies to the late 80ies whose concession will draw to a close.

Those were built in high mountains as well as on lower parts of most of all European rivers (for navigation, electricity, irrigation, flood protection, etc.).

One has to deal today with small to medium size dams (even though according to international criteria all dams higher than 15 meters are considered as " large ").

Since most of the concessions are drawing to a close only now, European experience in handling this problem is rather limited

They are different scenarios for dams that already have or soon will reach the end of their concession :



A) The dam is reaching the end of its concession but is still technically viable and does not have – officially - any major negative effect on the ecosystems.

This is the most frequent case. It concerns mainly very small dams (less than 5 m high).

In almost every country, the procedure is the same. The concession is renewed for a some years (10 to 25 years) and adaptation to standards is demanded. In many cases, river protecting NGOs are not participating to the process because, most of the time, they are simply not informed. Renewal of concessions, which is what happen most often, is explained by the fact that the location of these dams in steep valleys usually allows further profitable operation. In many cases, some elements of the mobile equipment are modernised without engendering a request for a new concession. This practice is ambiguous and the distinction between equipment modernisation and real structural modification of the building is not clear.

This type of case is going to concern large dams so that this problem can become essential in the next few yaers.

B) A dam is reaching the end of its concession as well as the end of its physical life. Apart from ecological problems, security ones are dominating

This case has never appeared, for large dams at least. But this case will appear more and more often in the future. As a modernisation could be impossible or very expensive, it is very likely that the building would be demolished, which can be very interesting on an economical and ecological point of view.

In some of these upcoming cases, there are already studies made to build a new dam upstream and flood the older one. This is only one of the solutions, and other studies should be made and evaluation methods should be elaborated.

C) A dam is reaching the end of its concession or of its physical life and is posing a major environmental problem.

In most cases, it is an eutrophication or/and a major pollution of that water in the reservoir ( toxic mud, etc).

This kind of situation is going to appear very soon for medium size dams and later for very large dams on the lower part of rivers, (like on the Volga, where very serious security problems will emerge). No solution have been found for those cases, which is very worrying for the future.


D) A dam reaching the end of its concession is identified as an obstacle to fish migration and other species.

This is a more and more frequent case due to numerous programs for salmon – and other migratory species – reintroduction.

In most cases, it is very expensive or inefficient to equip the dam with fish ladders, fish elevator or other means. A destruction of the building can then be the more adequate solution and the most economically and ecologically interesting. It is in France that this scenario has already been realized (see below).
In reality, most of the cases are a combination of those different scenarios.
The important thing is, that the physical destruction of the building is more and more appearing as an acceptable solution.
This is a very important step since most people considered dams to be unchangeable facts.

 

 

Note du ministère de l'environnement : L'effacement de barrages 

22.octobre 1999
 

De nombreux cours d'eau français ont été aménagés depuis des siècles pour les besoins des hommes en énergie, navigation et agriculture notamment. Des impacts parfois importants sur les écosystèmes aquatiques en sont nés. Le barrage fait obstacle aux migrations des organismes biologiques et en premier lieu des poissons. En outre, ce type d'ouvrage modifie les caractéristiques morphodynamiques et hydrauliques des rivières (ralentissement du courant, réchauffement de l'eau, envasement, eutrophisation). 

En France, trois barrages de 6 à 15 m de hauteur ont été récemment démolis sur des cours d'eau à poissons migrateurs afin de restaurer la qualité écologique de ces cours d'eau. Il s'agit des barrages de Kernansquillec sur le Léguer (Côtes-d'Armor), St- Etienne du Vigan sur l'Allier (Haute-Loire), Maisons-Rouges sur la Vienne (Indre-et-Loire).

Contexte juridique

La loi du 16 octobre 1919 sur l'utilisation de l'énergie hydraulique prévoit que les concessions ou autorisations d'utiliser l'énergie hydraulique sont accordées pour une durée limitée, ne pouvant excéder soixante-quinze ans. Elles peuvent être renouvelées et ce renouvellement donne l'occasion de réaliser un bilan entre les avantages socio-économiques liés au maintien de l'ouvrage (énergie, multi-usages, alimentation en eau potable, tourisme, etc.), et les impacts sur l’environnement. En fonction de ce bilan, l'autorité administrative décide de renouveler l'autorisation ou la concession, ou, au contraire, d'y mettre un terme et d'ordonner une remise en état des lieux.

Les concessions concernent les ouvrages de plus de 4 500 kW (concessions de service public en droit français). En fin de concession les biens sont remis à l'Etat. Celui-ci décide à l'échéance de la concession, soit de renouveler le titre, soit d'affecter la retenue d'eau à d'autres usages, soit, le cas échéant, de démolir le barrage (aux frais de l'Etat).

Les autorisations s'appliquent aux ouvrages de moins de 4 500 kW. Au terme de l'autorisation, les ouvrages restent dans tous les cas la propriété du pétitionnaire. Si l'autorisation n'est pas renouvelée, la loi du 16 octobre 1919 (art. 16 - 6ème alinéa) impose au propriétaire de rétablir le libre écoulement du cours d'eau à ses frais.

Les autorisations délivrées antérieurement ont été maintenues pendant une période provisoire de 75 ans, soit jusqu'au 16 octobre 1994. Sur plus d'une centaine de dossiers de renouvellement de concessions ou d'autorisations, l'Etat en a refusé trois. Les barrages ont alors été démolis. En effet, les faibles intérêts économiques constatés de ces ouvrages et leurs impacts sur l’environnement ne justifiaient plus leur maintien.

Réversibilité des aménagements

Cette limitation dans la durée des autorisations, avec obligation de remise en état des lieux si l'autorisation n'est pas renouvelée, permet de mettre en oeuvre le principe de réversibilité des aménagements, si les inconvénients de l'ouvrage ont été sous-estimés par rapport aux avantages.

Ce principe de réversibilité des aménagements a ainsi été mis en oeuvre en France notamment dans le cadre plan "Loire Grandeur Nature", adopté par le Gouvernement français le 3 janvier 1994. Ce plan d'ensemble pour la Loire a pour objectif de protéger les populations et de prévenir les inondations, tout en préservant les habitats et les milieux aquatiques, notamment le caractère "sauvage" de la Loire et de ses affluents. Dans ce cadre, un objectif important a été la sauvegarde des poissons migrateurs, dont le grand saumon de la Loire, seul saumon parcourant encore un grand fleuve en Europe (800 km de distance entre l'estuaire et les frayères). 

Le Gouvernement a ainsi décidé que les barrages anciens de St-Etienne du Vigan sur l'Allier et celui de Maisons-Rouges sur la Vienne, dont les impacts n'étaient plus compensés par un intérêt économique suffisant seraient effacés (voir ci-après). Il a par contre accepté le principe d'un certain nombre d'aménagements, après en avoir soigneusement vérifié l'utilité et minimisé les impacts par des mesures correctives et compensatoires appropriées. Il contribue ainsi au "développement durable" de la Loire.

Toutefois, en matière de concession de service public, ce principe de réversibilité mériterait d'être complété car actuellement le concessionnaire tire les bénéfices de la concession, alors que la remise en état des lieux incombe à l'Etat, à l'issue de la concession.

Kernansquillec sur le Léguer (Côtes-d'Armor)

Contexte

Ce barrage d'environ 15 m de haut sur le Léguer, en béton à voûtes multiples construit vers 1920, sous le régime de la concession, alimentait une papeterie en électricité. La retenue (400 000 m3), située à l'aval de zones agricoles, souffrait d'une forte eutrophisation des eaux et d'un envasement très important de l'ordre de 50%. La dernière vidange de la retenue effectuée lors de la visite décennale, réalisée en France tous les dix ans sauf dérogation, s'était révélée catastrophique pour la faune aquatique, ensevelie sous la vase. Lors de l'instruction de l'autorisation devant succéder à la concession, l'administration a indiqué au concessionnaire sortant les conditions de l'octroi du nouveau titre : notamment augmentation de la capacité des ouvrages évacuateurs de crue, désenvasement de la retenue. L'ancien concessionnaire a préféré renoncer à sa demande : les ouvrages ont été remis à l'Etat à la fin de la concession le 31 décembre 1993.

Lors des crues de janvier 1995, sept maisons avaient dû être évacuées en aval sur la recommandation des experts, en raison de l'insuffisance des ouvrages évacuateurs de crues, l'eau étant prête à déverser par dessus le barrage. En outre, il fermait la rivière du Léguer à la circulation des saumons et autres poissons migrateurs. Compte tenu de son intérêt énergétique limité, de sa vétusté et des risques pour la sécurité publique et l’environnement, l'Etat a décidé de démolir l'ouvrage.

Maîtrise d'ouvrage

La maîtrise d'ouvrage a été assurée par l'Etat (ministère de l'Industrie). Le coût de 6,1 millions de francs a été supporté par l'Etat avec une aide de l'agence de l'eau.

difficultés particulières

Les principales difficultés ont concerné la vidange et les précautions à prendre en raison du fort envasement de la retenue et de la présence d'une pisciculture et de captages d'eau potable à l'aval. La vidange du barrage, autorisée par un arrêté préfectoral du 12 avril 1996, a été précédée d'un hydrocurage, sur l'axe du lit mineur, de 95 000 m3 de boues, avec traitement dans des lagunes de décantation afin de protéger la rivière en aval. Elle s'est terminée sans atteinte notable à la qualité des eaux grâce aux précautions prises.

Le permis de démolir a été accordé par le préfet le 17 septembre 1996. Les travaux de démolition du barrage ont été achevés en 1996 sans difficulté particulière. Une opération de réhabilitation et de mise en valeur de l’ensemble de la vallée, y compris une friche industrielle proche du barrage, va être engagée maintenant par l’association de sauvegarde du Léguer.

Contacts

Le suivi de l'opération au niveau technique a été assuré par :

Direction Départementale de l’agriculture et de la forêt
des Côtes d'Armor (M. Marc BONENFANT)

1, rue du Parc- BP 2256 - 22022 St-BRIEUC Cedex

Tél 02.96.62.47.00 Fax 02.96.33.29.05

Une cassette vidéo (16 minutes) de la démolition et de ses objectifs a été réalisée par l'association Eaux et Rivières de Bretagne et est disponible (coût 60 francs + frais de port) à :

- Centre d'initiation à la rivière (M. Vincent LEFEBVRE)
Tél 02 96 43 08 39 - Fax 02 96 43 07 29


Kemansquillec on the Léguer river (Côte d'Armor)

en anglais ! Pas de traduction disponible pour le moment

The context
This multi-vaulted concrete dam, roughly 15 m high, was built over the Léguer river in 1920 as a concession in order to supply energy to a paper plant. The 400,000 m³ storage, located downstream from agricultural areas, experienced extensive eutrophication and significant silting of about 50%. The storage draw-down operation that was carried out during the last safety check, which is compulsory every ten years in France except in special cases, was catastrophic for the water fauna which was buried under the released silt. As the authorisation procedure following the expiry of the licence was being considered, the administrative authority informed the outgoing concessionary of the conditions under which the new licence would be granted : particularly, by increasing the capacity of the overflow works and removing the silt from the reservoir. The outgoing concessionary referred to give up his renewal request : the infrastructure was thus transferred back to the State by the end of the concession on December the 31st , 1993.

During the January, 1995 flood, seven houses had to be evacuated downstream upon the experts' recommendations, because of the insufficient capacity of the overflow works, as the water was about to overflow the dam.

In addition, the dam prevented the passing of salmon and other migratory fishes. Considering its limited interest, its age and its potential dangers for public safety and the environment, the State decided to demolish the dam.

Contracting of Works
The contracting works were carried out by the State (Ministry of Industry). The cost of FF 6.1 million was supported by the State with the help of the Loire-Brittany Water Agency.

Particular difficulties
The main difficulties concerning the reservoir draw-off operation and the precautions needed due to the strong siltation of the storage and the presence of fish-breeding areas and drinking water catchments downstream. The dam storage draw-down, authorised by a regulation of the Prefect dated 16th April, 1996, was done following the flushing of 95,000 m³ of mud along the axis of the stream bed, while the muds were treated in settling lagoons so as to protect the river downstream.

The demolishing licence was granted by the Prefect on 17th September, 1996. The demolition of the dam was completed in 1996 without any particular problems. A rehabilitation and development operation for the whole valley, including rehabilitation of industrial areas near the dam, is now to be undertaken by the Léguer river protection association.

Contacts
• The technical components of the operation have been followed up by

the Direction departementale de l'agriculture et de la forêt des Côtes

d'Armor (the Agriculture and Forest Directorate of the Côtes d'Armor

Department) :

Direction departementale de l'agriculture et de la forêt M Marc
BONENFANT rue du Parc Boîte Postale 2256 F - 22022 SAINT-BRIEUC Cedex

(France) Telephone : 02 96 62 47 00 Fax : 02 96 33 29 05

• A 16 mn videotape on the removal and its object, carried out by the
association « Eaux et Rivières de Bretagne » (Brittany's Waters and Rivers)

is available for FF 60.-(+ shipping expenses) from :

Centre d'initiation à la rivière (River-discovery centre) :
M. Vincent LEFEBVRE rue Castel Mond 22810 BELLE ISLE EN TERRE   Téléphone : 02 96 43 08 39 Fax : 02 96 43 07 29

• Conseil Supérieur de la Pêche (Bretagne), 84, rue de Rennes, 35510 CESSON SEVIGNE
• Eaux et Rivières de Bretagne 12, rue Lanveur 56100 LORIENT
• Fédération de Pêche des Côtes d'Armor, Le Guévon, 22230 ST-VRAN


St. Etienne du Vigan sur l'Allier (Haute-Loire)

Contexte

La construction du barrage de St-Etienne du Vigan par un particulier avait été autorisée en 1895 en vue de l'éclairage de la ville de Langogne (Lozère). Haut d'environ 12 mètres de haut, sans dispositif de franchissement pour les poissons migrateurs, le barrage avait stérilisé 30 hectares d'excellentes frayères à saumons du Haut-Allier. A l'époque, les populations rurales avaient vigoureusement protesté (vainement), la pêche leur fournissant un complément de revenu appréciable.


The Dam when it collapse  (June 24, 1998, St. Etienne de Vigan, France)
Photo:ERN European Rivers Network Roberto Epple / SOS Loire Vivante

La ville de Langogne a reconstruit le barrage en béton, quelques mètres à l'aval du premier barrage partiellement ruiné. Le barrage est devenu propriété d'EDF en 1950.

En application du plan "Loire Grandeur Nature", adopté le 3 janvier 1994 par le Gouvernement français (cf. § 2 ci-dessus), le préfet n'a pas renouvelé l'autorisation de ce barrage à son expiration le 16 octobre 1994. Il a demandé à EDF de démolir le barrage à ses frais pour rétablir le libre écoulement du cours d'eau, en application de la loi de 1919.
pour plus d'information et photos visitez nos pages sur le démantelment !


Maîtrise d'ouvrage
La démolition a été assurée par EDF. Le coût a été d'environ 7 millions francs pris en charge par EDF avec une aide de l'agence de l'eau.

difficultés particulières
Le démarrage du chantier a été retardé dans l'attente d'une petite crue de façon à éviter tout risque de pollution lors de la vidange de la retenue. La démolition a été faite à l'aide d'explosifs le 24 juin 1998. Les sédiments dans la retenue étaient d'excellente qualité (sables et graviers) et aucune pollution n'a été constatée. Le site est revenu très rapidement dans un état proche d'un état naturel et 5 frayères de saumons ont été observées dès l'hiver 1998-99 à l'amont du site.

Contacts
Des photos et des images vidéos sont disponibles. Un document de présentation et un film vidéo de 6 mn ont même été réalisés par EDF sur l'effacement du barrage.

EDF (M. MURA)
rue des cuirassiers
69402 LYON Cedex 03
Tél 04.78.71.44.77 Fax 04.78.71.35.97

DDE de la Haute Loire
13 rue MOULINS

43000 LE PUY EN VELAY

Tél 04 71 05 84 05 Fax 04 71 05 84 55

ERN / SOS LOIRE VIVANTE
8, rue Crozatier

43000 LE PUY EN VELAY

site internet : http://www.rivernet.org




Biblio
- Modalités techniques de suppression de l'ouvrage, SOMIVAL, octobre 1995.
- Rapport de synthèse des études préalable, Agence de l'Eau Loire-Bretagne, novembre 1995.
- Dossier d'archives, Ministère de l'Environnement, décembre 1994.



Maisons-Rouges sur la Vienne (Indre-et-Loire)

Contexte

Construit en 1922 sous le régime de la concession hydroélectrique, à 800 mètres à l'aval de la confluence de la Vienne et de la Creuse, le barrage de Maisons-Rouges présente une dénivelée de 4 mètres environ (à l'aval d'un bassin versant de près de 20 000 km2). Créé au départ pour les besoins d'une papeterie, il a ensuite été intégré dans le patrimoine d'EDF. La position de ce barrage, le premier depuis la mer, sa situation à une confluence de grandes rivières ont entraîné un fort impact sur de nombreuses espèces de poissons migrateurs. Notamment le saumon, qui souffrait déjà d'une réduction de l'accès à une partie des frayères, a disparu. Les aloses se sont cantonnées sur une frayère relictuelle à l'aval du barrage, avec des problèmes d'hybridation entre Grande Alose et Alose feinte. Les diverses passes à poissons construites ont eu une efficacité très faible, et les différents plans de réintroduction du Saumon sur la Gartempe, affluent de la Vienne, n'ont pas eu de résultats probants.


Photo Maisons rouge dam destruction

Barrage "Maison rouges" (october 1998)
Photo:ERN European Rivers Network, Roberto Epple

Dans le cadre du plan "Loire Grandeur Nature" adopté le 3 janvier 1994, le Gouvernement a décidé que la concession de ce barrage ne serait pas renouvelée à son expiration le 31 décembre 1994 et que l'Etat, devenant propriétaire du site à l'expiration de la concession, entreprendrait la démolition de cet ouvrage, en raison de l'importance des impacts, non compensés par un intérêt économique suffisant.
pour plus d'information visitez nos pages sur le démantelment !

Maîtrise d'ouvrage

La maîtrise d'ouvrage a été assurée par l'Etat (Ministère chargé de l’environnement). L'opération a été conduite par la direction départementale de l'Equipement d'Indre et Loire et la maîtrise d'oeuvre par EDF. Le coût s'élève autour de 14 millions de francs. Il a été assuré par le ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement, avec des aides de l'agence de l'eau et d'EDF. 

difficultés particulières

La principale difficulté a été l'opposition des élus locaux, en raison de pertes fiscales significatives pour plusieurs communes rurales. Elle a conduit à engager un plan d'accompagnement économique, de même importance financière que le coût de la démolition proprement dite. D'importantes aides ont été accordées par l'Etat, l'agence de l'eau, EDF et les collectivités territoriales pour des opérations de développement local.

La démolition a été réalisée pendant l'été 1998, les difficultés techniques ayant bien été appréhendées par la maîtrise d'oeuvre. Après isolement d'une première moitié du chantier par des batardeaux permettant de conserver jusqu'à la fin août le plan d'eau nécessaire à l'irrigation des terres agricoles, la démolition a consisté essentiellement en un découpage des 3 rideaux de palplanches au chalumeau et en la démolition à la pelleteuse du corps du barrage. Un seuil noyé a été reconstitué en fond du lit de la rivière pour éviter, d'une part, des érosions régressives, prévisibles en raison de l'existence d'anciennes extractions massives de sable dans le lit de la Vienne et de la Loire, et d'autre part pour limiter la migration des sédiments situés en amont de la retenue.

Les sédiments constitués de sable n'ont posé aucun problème de qualité. De nombreux pompages agricoles qui existaient dans la retenue ont été rétablis par l'Etat (le coût du rétablissement est intégré dans le coût global de la démolition). Par contre, un camping, proche de la confluence 800 m à l'amont du barrage, a subi un glissement de terrain et un des bâtiments présente quelques fissures, sans doute en partie à cause de la modification des écoulements des eaux souterraines liée à l'abaissement de 4 mètres du plan d'eau.

Les aloses ont rapidement bénéficié de l'effacement du barrage : 433 aloses ont été capturées sur la Vienne à Chatellerault, 20 km à l'amont de Maisons-Rouges (91 dans la passe à poissons et 342 en pêche de sauvetage ; elles ont toutes été relâchées, parmi elles, 156 à l'amont du barrage) et 15 sur la Creuse à l'aval de Descartes, 12 km à l'amont de Maisons-Rouges. Des frayères actives ont été observées sur la Vienne à Chatellerault et sur la Creuse à l'Ilette. Des lamproies ont été observées sur la Vienne en aval du barrage de Chatellerault. Une recolonisation conséquente par la lamproie a été constatée sur la Creuse jusqu'à St-Gautier, sur la Gartempe jusqu'à Saulgé et sur l'Anglin jusqu'à Concrenier. L'observation en juillet 1999 d'un saumon vivant, de 88 cm de long et d'un poids de 4,8 kg, dans la Gartempe à Châteauponsac en Haute-Vienne est un signe encourageant. Il n’avait pas été observé de saumon à ce niveau de la rivière depuis les années 20, après la construction du barrage de Maisons-Rouges. Ce retour symbolique du saumon, après celui des aloses et des lamproies constaté cet hiver, confirme les effets bénéfiques de l’effacement du barrage de Maisons Rouges pour les poissons migrateurs.

L'université de Chinon assure le suivi. Les premiers constats indiquent une importante reprise de la dynamique du lit, qui avait été fixé par le barrage.

Contacts

Un film vidéo de 8 mn et une plaquette photographique du chantier sont en cours d'édition.
DDE d'Indre-et-Loire (M. CARO)

61, av de Grammont

37041 TOURS Cedex

Tél 02.47.70.80.23 Fax 02.47.70.80.29

Biblio :
- Poissons migrateurs sur le bassin de la Vienne, Perspectives de développement après effacement du barrage de Maisons Rouges, JF LUQUET, octobre 1993.
-¨ Le franchissement du barrage de Maisons Rouges sur la Vienne par les poissons migrateurs, rapport d'expertise, M. LARINIER et F.TRAVADE, 1993.
- La suppression totale du barrage de Maisons Rouges au Bec-des-Deux-Eaux sur la Vienne : une nécessité pour l'avenir des migrateurs et de la socio-économie des pêches, Dr P. BOISNEAU de l'Association agrée interdépartementale des pêcheurs professionnels du bassin de la Loire et des cours d'eau bretons, mai 1994.
- Expertise du génie civil du barrage de Maisons Rouges, bureau d'étude ISL pour la DDE Indre et Loire, octobre 1996.
- Compte rendu de la réunion qui s'était tenue le 21 novembre 1996 à la préfecture d'Indre et Loire, sur l'avenir du barrage de Maisons Rouges.
- "Résumé non technique ", partie IV de l'étude effectuée par SEPIA Conseils, décembre 1997.
- Restauration des Poissons Migrateurs du Bassin de la Vienne : Objectifs et Investissement, Conseil Supérieur de la Pêche (Cellule Plan Loire), novembre 1996.
- Etude de faisablité et de programmation pour un projet de développement local : Pôle d'Animation sur la Vallée de la Vienne et les Poissons Migrateurs sur la commune de Ports-sur-Vienne, demandée par la Préfecture d'Indre-et-Loire, avril 1999.
- Abondance de la Grande Alose dans la Loire, bilan de différentes études, 1998.
- Revue de presse.
- Effacement du barrage de maisons Rouges, synthèse de O. CLERICY et P. BERTEAUD, 1994.
-Etudes des modalités et des implications de l'effacement du barrage de Maisons Rouges, SEPIA-CONSEIL, 1994.
- Etudes des conséquences socio-economiques de l'effacement du barrage de Maisons Rouges, Groupe Cohérences, 1994.


Fatou sur la Beaume (Haute-Loire)

Contexte


Le barrage du Fatou était situé sur la commune de Solignac-sur-Loire, en Haute-Loire, sur la rivière de la Beaume, à 400 m environ en amont de sa confluence avec la Loire. Construit en 1907, sa vocation originale était la production hydroélectrique ; son exploitation s'est arrêtée il y a 50 ans, créant ainsi un obstacle au transit des sédiments et à la migration piscicole. Le barrage et ses terrains contigus sont devenus la propriété de l'Etablissement dans le cadre des acquisitions foncières effectuées pour le projet de Serre de la Farre, abandonné en 1994. La digue de retenue de type poids en pierres maçonnées présente un volume de 700 m3 et une hauteur 6 mètres. La retenue ainsi créée de 10 000 m3 était envasée à plus de 50 % en 2007. Une conduite forcée permettait d'acheminer l'eau qui est ensuite turbinée dans un bâtiment d'exploitation, jusque dans les années 50.


Le barrage de Fatou avant démantellement  (décembre 2006, Solignac sur Loire, France)
Photo:ERN European Rivers Network Jean Paul Chabanon/ SOS Loire Vivante

En raison de sa de vétusté, l'Etablissement Public Loire a décidé d'effacer le barrage du Fatou et ses équipements annexes, rejoignant ainsi les directives du SDAGE Loire-Bretagne.

Un arrêté préfectoral consécutif à une enquête publique mi 2006, a autorisé l'Etablissement à effacer le barrage. Un permis de démolir a ensuite été accordé au printemps 2007.

Deux pêches électriques de récupération et d'inventaire des poissons en aval ont eu lieu le 18 et le 20 juillet 2007, ce dernier jour correspondant également à la vidange de la retenue.


Le barrage de Fatou après démantellement  (novembre 2007, Solignac sur Loire, France)
Photo:ERN European Rivers Network Jean Paul Chabanon/ SOS Loire Vivante

Maîtrise d'ouvrage

Par le biais d'un marché, EDF CIH (Centre d'Ingénierie Hydraulique) a réalisé la maîtrise d'œuvre ainsi que la coordination sécurité sur le chantier. Les travaux ont débuté la première semaine de juillet 2007. La technique employée consistait à vidanger la retenue et dériver par l'intermédiaire d'une conduite forcée l'intégralité du cours d'eau pendant l'extraction des sédiments, afin d'éviter les risques environnementaux.

difficultés particulières


Les travaux d'extraction des sédiments, de démolition des ouvrages annexes se sont poursuivis durant l'été ; la digue de retenue a été démolie début octobre et le cours d'eau a été rétabli le 18 du même mois. L'été très humide et un problème de chantier ont entraîné un départ de sédiments à l'aval. Un bilan produit par l'ONEMA devrait permettre d'évaluer les conséquences de cet incident.

 

Contacts

Etablissement Public Loire
Olivier COLLON -Tél. 04 66 69 29 32.

DDE de la Haute Loire
13 rue MOULINS

43000 LE PUY EN VELAY

Tél 04 71 05 84 05 Fax 04 71 05 84 55

ERN / SOS LOIRE VIVANTE
8, rue Crozatier

43000 LE PUY EN VELAY

site internet : http://www.rivernet.org



Biblio

   
retour à la page pricipale de RiverNet