Logo RiverNet
by ERN 
European Rivers Network
Campagne pour le
démantelement du barrage de Poutès

vers d'autres dossiers


l'effacement de barrages
dans le monde et en France

 

Les images de l'effacement du
barrage de :

- St Etienne de Vigan

- Maison Rouge en France

- barrage mobile de Blois

- barrage de Brives Charensac 43

 

Home page de SOS Loire vivante

 

 

.. et des liens plus généraux sur le RiverNet:

RiverLink 
adresses et websites.. 

RiverFax
version online 

   Généralités sur les rivières
(morphologie, formes, menaces) 


La Politique de l'eau et de l'aménagement des rivières

Programmes pédagogiques

Qui sommes nous ?

 

Sommaire :

1. Nouvelles

- News
- Communiqués de presse
- articles de presse
- courriers (certains)

2. autres informations :

- Introduction
- Situation géographique
- Données techniques
- Historique
- Impacts du barrage de Poutès
- Pourquoi démanteler ?
- Position SOS Loire vivante

- Références
- Documents à télécharger
- Savoir plus et liens



3. Démantelement de barrage en monde


4. Le nouveau projet alternative d'EDF
(Juillet 2011) :

- Extrait d'une présentation d'EDF !
- Réactions et articles au sujet de cette nouvelle solution

A  LA  UNE

16.12.13 : Le nouveau Poutès prêt en 2018 !
La première des deux enquêtes publiques sera lancée début 2014. Cet information à été communiqué lors du comité de pilotage

22.03.12 : l'après Poutès se précise - des mesures immédiates en faveur du saumon

Le comité de pilotage régional chargé du suivi de la mise en place du seuil amovible de 4 mètres s'est rassemblé début mars en Préfecture de Haute Loire. Les études techniques par EDF, les consultations diverses et l'enquête publique dureront au minimum 2 ans, les travaux sont prévus pour 2015 et 2016. Sans attendre l'arasement et à la demande de SOS Loire Vivante et d'autres ONG, des mesures immédiates pour faciliter le franchissement des poissons migrateurs à la montaison et à la dévalaison doivent être prises rapidement.

L'Etat et EDF finalisent une convention dont les deux points les plus importants sont l'arrêt des éclusés et le doublement du débit réservé (de 2 à 4m3/s). Il s'agit de créer au plus vite les conditions qui se rapprocheront le plus de celles recherchées par l'alternative.

Espérons que ces mesures permettront aux "descendants" des 118 saumons qui ont emprunté l'ascenseur en 2011 d'entamer leur dévalaison dans les meilleures conditions.

plus de nouvelles


Barrage de Poutès : configuration actuelle(©EDF)


Seuil effaçable à Poutès : nouvelle configuration maj. 2013(©EDF)
selon la décision du 6 oct. 2011

suite et plus de nouvelles

 


 




1. Introduction

Le barrage de Poutès a été construit sur l'Allier en pleine seconde guerre mondiale et sans autorisation pour la production d'électricité. La concession (droit d'exploitation) arrive à terme au 31 décembre 2007 et EDF, qui exploite le barrage, demande la reconduction de ce droit pour 40 nouvelles années. Or ce barrage, qui a à lui seul causé la quasi disparition du grand saumon de Loire, demeure l'obstacle majeur au programme de sauvegarde de l'espèce mis en place dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature. C'est pourquoi nous demandons le non-renouvellement de la concession.


2. Situation géographique

Le barrage de Poutès se situe dans un verrou rocheux des gorges de l'Allier en Haute Loire, à quelques 70 km des sources de l'Allier. Sa situation géographique en fait le principal obstacle pour l'accès des saumons aux sites de reproduction les plus productifs (60 % du potentiel de reproduction est ainsi hypothéqué).

Dessin localisation


voir aussi la carte interactive du bassin de la Loire et les barrages



3. Données techniques

Le complexe hydroélectrique de Monistrol d'Allier est alimenté en eau par le barrage de Poutès (sur l'Allier) et deux autres barrages en série : Saint Préjet et Pouzas (sur l'Ance du Sud).


Barrage de Poutès :
- Hauteur : 17,7 mètres
- Largeur : 85 mètres
- Débit réservé : 2,5 m3/s depuis 1992 (avant seulement 0,5m3/s). Deux fois moins que le débit réservé préconisé par l'étude du CEMAGREF.
- Fonctionnement par éclusées
- Tronçon court-circuité (Vieil Allier) : 10 km
- Débit maximum turbinable : 28 m3/s
- Module Allier à Poutès : 16,9m3/s

Retenue de Poutès :
- Volume : 2,4 millions m3
- Longeur 3,5 km,
- Surface 39 ha

Usine de Monistrol d'Allier :
- turbine eau de l'Allier (barrage de Poutès) + l'eau de l'Ance du Sud (2 barrages : St Préjet d'Allier et Pouzas)
- production 82 millions de kW (soit 0,0015% de la production national totale)
- turbine l'eau de l'Allier (barrage de Poutès) env. 55 % ,+ eau de l'Ance du Sud (2 barrages : St Préjet d'Allier et Pouzas) (45 %)

4. Historique du barrage de Poutès et de la campagne pour l'arasement

voir aussi notre rubrique "Nouvelles" pour plus d'information détaillée "

1941 construction du barrage de Poutès sur l'Allier sans autorisation.
1956 exploitation concédée à EDF pour une durée de 50 ans
1986 installation d'un système de franchissement (ascenseur à saumons)
1991 été, des membres de SOS Loire vivante et de Robin des bois investissent pacifiquement l'usine EDF de Poutès-Monistrol pour protester contre cet obstacle à la migration du saumon
1993 décembre, SOS Loire Vivante organise Colloque international 'Des saumons et des Hommes'. Deux cents personnes et les organismes les plus importants sont réunis pour la première fois, notamment le Ministère de l'Environnement, l'Union Nationale des Pêcheurs, le CSP, l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne, EDF, des élus locaux, des spécialistes étrangers et les associations... Ce colloque est la première occasion de faire le bilan sur la situation et de prendre la mesure des efforts à entreprendre pour la sauvegarde de l'espèce.
1993 7 décembre : Dix manifestants qui avaient pénétré dans la centrale électrique de Poutès-Monistrol sont condamnés à de lourdes amendes à la suite de la plainte déposée par EDF. Ils font appel.
1994  4 janvier, Ministère de l'Environnement : Lancement du Plan Loire Grandeur Nature, qui prévoit des actions spécifiques pour la sauvegarde du saumon :
- Démantèlement de deux barrages : Saint-Etienne-du-Vigan sur le Haut-Allier et Maisons-Rouges sur la Vienne.

- Construction d'une salmoniculture sur le Haut-Allier, dont l'objectif à dix ans est de voir 6 000 saumons adultes se présenter chaque année dans l'estuaire de la Loire. Une dizaine d'incubateurs de terrain sont en train d'être installés par le Conseil Supérieur de la Pêche en partenariat avec les associations de pêche locales.

 - Construction d'une passe à poissons sur le pont-barrage de Vichy.

 - Amélioration du franchissement de divers ouvrages sur la Loire, l'Allier et leurs affluents, notamment les seuils de centrales nucléaires.
1994
- Ministère de l'Environnement : Moratoire de 5 ans sur la pêche amateur et professionnelle au saumon
1994 - EDF/Agence de l'Eau : Amélioration des dispositifs de franchissement et modification du règlement d'eau du complexe de Poutès-Monistrol pour qu'il ait moins d'impacts sur les peuplements de saumon.

1994 à 1997 - SOS Loire Vivante : organisation de 'Veillées pour les saumons'dans le cadre du Jour de la Terre (22 avril) sur le Haut-Allier et la Loire amont pour poursuivre la sensibilisation et entretenir les contacts entre les divers acteurs de la sauvegarde du saumon.
1996 : (Décembre) EDF prévient le Ministère de l'Industrie de son intention de poursuivre l'exploitation de Poutès
1996 - Etat/Agence de l'Eau/Ville de Vichy/EPALA : Achèvement des travaux de franchissement du pont-barrage de Vichy
1998   Démantelment des barrages de St Etienne de Vigan et de Maisons Rouges
1999 SOS Loire Vivante édite 'une brochure couleur" Le saumon de l'axe Loire Allier"
2000 (Octobre) accord de principe de l'administration sur le renouvellement de la concession
2001 Le projet LIFE Saumon démarre (LOGRAMI, EPL et autres)
2001 Inauguration de la plus grande salmoniculture de l'Europe à Chanteuges (Haut Allier)
2003 :
- Février : Remise de l'étude d'impact pour avis des mairies et services de l'état.
- Mai ! SOS Loire Vivante soutenue par 33 associations locales, régionales et nationales demande la saisine de Mme la Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable ainsi que du Président de la Mission Déléguée de Bassin et du Préfet coordinateur de bassin sur le dossier du renouvellement de concession.Voire lettre de SOS Loire Vivante
- Juillet : Réponse favorable de la Ministre de l'environnement précisant le caractère exceptionnel de cette demande de renouvellement de concession devant être " débattu dans un cadre plus large " qu'habituellement. La Ministre nous précise également qu'elle a demandé des études supplémentaires sur les actions déjà réalisées pour les poissons migrateurs et celles qui devront l'être d'ici 2015 Voir réponse de Mme la Ministre
- (Décembre : L'étude d'impact est considérée incomplète. EDF est mis en demeure de la compléter.
2004 :
- Janvier : Sur initiative de SOS Loire Vivante une nouvelle réunion des associations régionales de protection de la Nature et de Pêche est organisée. La participation à une campagne nationale pour le démantèlement du barrage de Poutès est décidée.
- Janvier, Formation d'un collectif national d'associations (SOS Loire Vivante, WWF, Union Nationale pour la Pêche en France, les 5 fédérations de pêche Loire, Puy de Dôme, Haute-Loire, Lozère et Ardèche, l'Association Protectrice du Saumon, Agir pour l'environnement, les Amis de la Terre,green la fondation Nature et découvertes, Patagonia, de nombreuses associations de pêcheurs de saumon et de protection de l'environnement ainsi que des pêcheurs professionnels).
- Mai 2004, lancement d'une pétition par le WWF France en partenariat avec et les magasins " Nature et découvertes " avec le soutien du collectif des associations opposé à la prolongation de la concession de Poutès. Le WWF publie une brochure et un dépliant " Parce que le Saumon de la Loire et de l'Allier est unique " et commande une étude énergétique et économique à "Energie demain" pour envisager des solutions alternatives au barrage de Poutès.
Voir "Téléchargements" !
2006 : Enquète publique , avis favorable, 15 ans, avec réserves
2007 : On attend une décision du Premierministre...
2007 : fin de la concession "Poutès" au 31 décembre 2007
2008 :
- Avril : Lettre à la Commission Européenne: à l'initiative de SOS Loire Vivante - ERN France, les ONG en appellent à l'Europe; Réponse de la Commission Européenne
- Septembre : Le ministère de l'environnement installe une table ronde 'Hydroéléctricité" (Electriciens, ONGs, association d'élus)
2009 :
- Février : EDF propose une alternatife : effacer Poutès, mise en place d' un seuil amovible 300 m en amont, puis turbinage au fil de l'eau. La solution permet de maintenir 80 - 90% de la production annuelle (et donc des taxes pour les communes)
- Avril : Les associations de protection national et régional sont d'accord avec le principe d'un projet alternatif comme proposé par EDF. coté de la representationd des élu (Association des Maires de montage, Jean Proriol, Parlementaire) ont est oposée à une alternatife
- Mai : Le ministère de l'environnement nomme un Monsieur "Poutès" (.M.Phillipart, Univ. Liège)
- Fin octobre : Le rapport Phillipart (5 MB)  est publié : La disparation du barrage de Poutès s'impose !
2010 :
- toujours pas de décision, les parlementaires de la Haute Loire, notammentle Député Jean Proriol, refuse le débat sur l'alternatif. Le feuilleton continue ..
- SIgnature de la Convention d’engagements pour le développement d’une hydroélectricité durable en cohérence avec la restauration des milieux aquatiques suite au Grenelle de l’Environnement. SOS Loire Vivante, WWF, NASF, IUCN et d'autres signent.

2011 :
- Avril: EDF présente enfin UNE alternatife. Un barrage de 3-5 m , non effaçable. Le cahier de charge n'est pas respecté. Les ONGs refusent le projet et demandent une nouvelle étude.

- Juin : Poutès toujours debout ! Les ONG alertent l'Europe et menaçent de quitter la table ronde !

- Juillet : EDF pésente enfin une nouvelle solution alternative. Une solution beaucoup plus intéressante que la denière d'avril 2011 (refusé par les ONGs) ! Elle comporte des éléments interessante : un seuil de 0 - 4 m (effaçable) à la place et à l'endroit même du barrage actuel de 17 m !, un débit reservé de 5 m3/s, (le double du débit réservé actuele), le turbinage exclusivement au fil de l'eau ! 90 % de la production d'éléctricité annuelle du complexe préservé ... !

06.10.11 : Annonçe officielle d'araser le barrage de Poutès (17m) et de construire un seuil effaçable de 4 m de hauteur. Belle victoire pour le saumon sauvage !

voir aussi notre rubrique "Nouvelles"

5. Impacts de l'ouvrage

Depuis son édification en 1941, la barrage serait à lui seul responsable à 90% de la perte des grands saumons de la Loire et de l'Allier. " A partir de 1950, les captures totales n'étaient plus en moyenne que le cinquième de ce qu'elles étaient avant 1941 " (Cohendet, 1993). Depuis, seuls 8 % des 2200 hectares de frayères fréquentées au début du XIXe siècle sont actuellement accessibles.

En 1986, un ascenseur couplé à une passe à poissons classique a été mis en service pour permettre la remontée des adultes avant reproduction. Une glissière pour la dévalaison des jeunes saumons (ou smolts) a également été prévue. Ces aménagements restent à l'heure actuelle très peu efficaces et les solutions techniques sont épuisées.

La reproduction des saumons

(voir cycle biologique)

Mortalité et blocage de la migration

Malgré son équipement par un ascenseur, le barrage de Poutès reste difficilement franchissable pour les saumons selon une étude du Conseil Supérieur de la Pêche. Seuls 10 % des saumons ayant réussi à franchir les obstacles précédents y parviennent. 60 % des meilleures frayères sont ainsi inaccessibles à la plupart des adultes.

Lors de la dévalaison, les saumoneaux sont à un stade physiologique très sensible et doivent gagner rapidement le milieu marin (inadaptation progressive à l'eau douce). Ainsi, la retenue longue de 3,5 Km provoque un retard dans la migration, pouvant être fatal car il conditionne la date d'arrivée des smolts dans l'estuaire et donc le taux de survie de ces derniers. La retenue engendre également une prédation plus importante par les poissons piscivores et les oiseaux. Une partie de ceux qui survivent à la prédation sont broyés dans les turbines : les taux de mortalité liés au passage dans les turbines sont estimés entre 5 et 10% par EDF. L'association APS avance le chiffre de 50% !

Enfin, aucun dispositif n'est prévu pour le retour en mer des reproducteurs après la reproduction. Des études menées en Amérique du Nord montrent que compte tenu de l'état physiologique et des conditions de réception à l'aval, une chute de 16 à 18m engendre une mortalité de 100% des adultes (Cohendet, 1993) ! !


Disparition de zones de frayères

Au-dessus du barrage, 3,5 km de zones de reproduction sont recouvertes par la retenue. En-dessous, une grande partie des frayères sont stérilisées par la réduction du débit (de 16,9m3/s à 2,5m3/s) et par la rétention des sédiments (selon une étude de Jean-René Malavoi, Ingénieur Conseil en Hydrogéomorphologie, les sédiments ont quasiment disparu en aval du barrage, rendant la reproduction du saumon impossible). Des estimations réalisées par le Conseil Supérieur de la Pêche montrent que la perte de production entre Monistrol et Pont d'Alleyras (Vieil Allier + retenue) est de 2000 à 3500 saumoneaux. Enfin, les lâchers d'eau pour la production d'électricité (éclusées) ont un impact jusqu'à 60 Km en aval et sont très préjudiciables aux rares saumoneaux qui ont pu voir le jour.


la qualité de l'eau et des écosystèmes

Comme toute retenue, le barrage de Poutès et son lac artificiel engendrent une rétention et une accumulation des matières polluantes (nitrates, phosphates, métaux lourds…) qui peut conduire notamment à l'eutrophisation de la retenue. La stagnation de l'eau s'accompagne d'une augmentation de la température et une modification des caractéristiques physico-chimique.

Le barrage bloque les sédiments venant du haut bassin. Le déficit sédimentaire engendré peut provoquer un enfoncement du lit en aval (érosion progressive), ce qui a un impact sur la qualité des milieux et abaisse la nappe d'eau, avec des conséquences sur l'agriculture et l'approvisionnement en eau potable.


6. Pourquoi démanteler Poutès ?

L'Etat français a la responsabilité de la conservation de la dernière population de saumon de grande migration de toute l'Europe de l'Ouest (l'espèce est inscrite sur la liste rouge mondiale des espèces menacées). La nécessité de protéger cette souche a naturellement conduit l'Etat à mettre en œuvre plusieurs programmes de conservation et de restauration de cette espèce emblématique depuis une vingtaine d'années. Ce sont en tout plus de 20 millions d'euros qui ont été investis successivement avec le Plan " Saumon ", le Plan " Grands Migrateurs ", le Plan " Loire Grandeur Nature " et en 2001, le programme LIFE-Nature "Sauvegarde du grand saumon de Loire". Ces actions visent principalement à soutenir la population de saumon et à restaurer leurs habitats de reproduction et de grossissement.

Les actions les plus marquantes :

- Destruction du barrage de Saint Etienne du Vigan sur l'Allier et celui de Maisons Rouges sur la Vienne
- interdiction de la pêche du saumon sur l'ensemble du bassin Loire-Allier
- Construction et de la salmoniculture de Chanteuges, la plus importante en Europe pour le repeuplement des rivières à saumon.

Malgré tous ces efforts, le grand saumon de Loire est toujours au bord de l'extinction. Le colloque final du programme Life "sauvons le grand saumon de Loire", organisé par l'Etablissement Public Loire le 08 12 2004 à Clermont Ferrand, a montré sans contestation possible d'après les études du CSP et de LOGRAMI, que le barrage de Poutès était l'enjeu primordial pour la préservation du saumon atlantique. Le démantèlement de ce barrage permettra de rendre crédible et cohérentes toutes les actions menées jusqu'à ce jour et qui ont mobilisé des millions d'euros d'argent public.

Compatibilité du projet avec le développement des énergies renouvelables :

"Conformément à l'engagement de tous les pays de l'Union européenne, la finalité globale de la stratégie est de stopper la perte de biodiversité d'ici 2010" site Internet du MEDD.

"La préservation de la biodiversité est au moins aussi importante que la lutte contre le réchauffement climatique." Jean-michel Bérard, Préfet de la Région Auvergne, colloque de clôture du programme Life "Ensemble pour le saumon de Loire", 2004.

La Directive européenne sur les énergies renouvelables nous impose d'atteindre 21 % de production d'électricité d'origine renouvelable d'ici 2010. C'est un objectif que nous souhaitons vivement voir atteint. Mais cet objectif ne doit pas devenir un dogme paralysant une réflexion globale sur les moyens à mettre en œuvre. Il faut donc trouver le moyen de concilier énergies renouvelables et préservation de la biodiversité.

Nous proposons une réflexion globale visant à définir des rivières dédiées à l'hydroélectricité (par exemple la Loire en amont des barrages de Grangent et Villerest qui est de toutes façons condamné pour les migrateurs) et des rivières préservées pour le saumon et l'ensemble de l'écosystème (par exemple l'Allier qui est au cœur de l'action pour la restauration du saumon). C'est la notion de "corridors bleus". Cette réflexion a été menée avec succès en Norvège, où les populations de saumon sont parmi les mieux préservées au monde.

Par ailleurs, il faut relativiser l'importance de l'ensemble du complexe hydroélectrique de Monistrol d'Allier (barrage de Poutès et barrages sur l'Ance du Sud). Il représente quelques dix millièmes de la production d'électricité nationale et 0,2 % de la production d'électricité d'origine renouvelable en France. Nous ne souhaitons pas la destruction de l'ensemble du complexe, mais seulement du barrage de Poutès, qui représente la moitié de la production d'électricité. EDF, pour des raisons politiques, menace d'abandonner le site si il ne comprend plus que les barrages de l'Ance du sud, prétextant un manque de rentabilité. C'est pourquoi le WWF a commandité une étude économique et énergétique sur le sujet, qui devrait nous être communiquée prochainement. Dans le cadre de l'ouverture du marché de l'électricité, il est tout à fait envisageable qu'une structure (collectif, collectivité…) prenne le relais d'EDF pour l'exploitation.

Préservation de la biodiversité et développement des énergies renouvelables sont
compatibles !


7. La position de SOS Loire Vuivante - ERN France :

Le Complexe hydro-électrique de Monistrol d'Allier est composé de trois barrages dont les eaux sont turbinées à l'usine de Monistrol d'Allier : le barrage de Poutès sur l'Allier et deux autres, plus petits, sur l'Ance du Sud. Ces derniers ne sont pas sans impact sur l'écosystème. Cependant, c'est bien le barrage de Poutès qui hypothèque la survie du saumon Loire-Allier, en lui barrant l'accès aux frayères.
Nous proposons donc que seul le barrage de Poutès soit démantelé. Les autres pourront être conservés pour continuer à produire de l'électricité (ils représentent la moitié de la production du complexe). Si EDF ne souhaite pas continuer à exploiter le site sans le barrage de Poutès, il est envisageable que le site soit exploité par une autre structure, comme un GIE
(groupement d'intérêt économique) qui pourrait être constitué par la commune de Monistrol d'Allier ou des structures privées.
Les avantages de cette solution sont multiples : diminution du coût du démantèlement (on ne démantèle plus que Poutès), préservation de la moitié de la production d'électricité… Par ailleurs, l'étude énergétique du bureau d'études Energies demain a montré qu'il existait de nombreuses alternatives en termes de production d'énergie renouvelable (bois - chauffage, biomasse, éolien, solaire…). Rien que le parc éolien d'Ally a une production équivalente à celle de l'ensemble de l'hydro-complexe. Enfin, la perte des taxes locales pour la commune
pourrait être compensée par les revenus liés à la production. Sans compter que la réouverture de la pêche, après reconstitution des stocks, permettrait de développer une offre de tourisme lié à la pêche dans la vallée. Pour rappel, une étude de l'INRA de Rennes en 1993, a montré que chaque saumon pêché représentait 1200 à 1500 euros de retombées financières locales (matériel, logement, déplacement, restauration…).

8. Références

Christian Bouchardy, 1999. Le saumon de la Loire et de l'Allier : histoire d'une sauvegarde, Catiche Productions, Libris, 31p.
François Cohendet, 1993. Le saumon de l'Allier : son histoire, sa vie, son devenir, Compagnie générale des Eaux, Association Internationale de Défense du Saumon Atlantique, 795p.
WWF, 2003. Enlever le barrage EDF de Poutès-Monitrol sur le Haut Allier : plus d'espace pour le Saumon atlantique, les éoliennes et l'efficacité énergétique, 29p.

suite

avec le soutien de

Patagonia

 

Retour à la page principale de RiverNet
Ces pages et leur contenu sont © Copyright de European Rivers Network