RiverNet
by ERN
European Rivers Network
photo Loira à Serre de la Fare (43) photo barrage Villerest photo La Loire en aval de Tours photo loire moyenne   photo Loire moyenne
Loire Vivante
le réseau d'associations et de citoyens qui défend le fleuve et son bassin


                    
(demnächst)


Chronologie détaillée

1971

 Un rapport officiel de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne annonce la construction de 4 barrages : Naussac et Le Veurdre sur l’Allier, Villerest sur la Loire et Chambonchard sur le Cher. Quelques autres sites potentiels – dont Serre de la Fare -sont mentionnés.

1980

  21 septembre : Une crue de la Loire tue 8 personnes et fait d’énormes dégâts matériels à Brives-Charensac, dans la banlieue du Puy-en-Velay.

1981

 La construction du barrage de Naussac, situé sur une rivière du haut bassin de l’Allier, est achevée.

1982

Deux ans après l’inondation de Brives-Charensac, les autorités locales de la Haute-Loire décident de soutenir le projet de barrage de Serre de la Fare, estimant qu’il est le seul moyen de garantir la sécurité des populations riveraines.

1983

 La retenue de Villerest, sur la Loire moyenne, est achevée.

Novembre : L’EPALA (Etablissement Public pour l’Aménagement de la Loire et de ses Affluents), dirigé par Jean Royer, maire de Tours, est créé.

1986

 13 février : Le Gouvernement, l’Agence de l’Eau et l’EPALA se mettent d’accord sur un programme permettant de soutenir les débits d’étiage et de limiter les inondations. Ce programme prévoit 4 barrages : Serre de la Fare sur la Haute Vallée de la Loire, Naussac II et Le Veurdre sur l’Allier  et Chambonchard sur le Cher.

 14 juin : Pour s’opposer aux projets d’aménagement de l’EPALA, et sur l’initiative de la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature), le comité Loire Vivante est créé au Puy-en-Velay. Ce réseau, qui fédère des associations agissant sur le cours de la Loire, est soutenu par le Fond Mondial pour la Nature (WWF France) et France Nature Environnement (FNE).
 

1988

Février : Le Comité SOS Loire Vivante est créé au Puy pour s’opposer au projet de barrage de Serre de la Fare. Cet édifice qui a pour but la protection contre les crues, le soutien d’étiage et le développement touristique doit contenir 74 millions de m3, faire 75 m de haut et noyer 14 km de gorges et 587 hectares de terres. Le site se situe à 60 km en aval de la source, et à une vingtaine de km en amont de l’agglomération du Puy.
 
1er mars-15 avril : Enquête d’utilité publique de Serre de la Fare.
Près de 4000 dépositions défavorables au projet. La commission d’enquête donne son accord mais 6 études complémentaires doivent être menées.

Première rencontre d’une délégation de Loire Vivante avec le ministre de l’Environnement Brice Lalonde.

Première manifestation, au Puy, contre le projet de Serre de la Fare. Cette « manif’ des poissons » rassemble 1000 personnes brandissant des poissons en cartons de toutes les couleurs qui deviendront un symbole du mouvement.

15 octobre : Visite de SAR le prince Philip d’Edimbourg, président du WWF International, au Bec d’Allier. Il lance le fameux « Vive la Loire sauvage ».
 

1989   

21 janvier : Sur la demande de Brice Lalonde, une réunion entre des représentants de l’Etat, l’EPALA et Loire Vivante est organisée.

 9 février : Brice Lalonde autorise la construction du barrage de Serre de la Fare.
 
11 février : signature de la Déclaration d’Utilité Publique de Serre de la Fare par le préfet de la Haute-Loire.

20 février : arrêt des premiers engins sur le site de Serre de la Fare et début de l’occupation du site avec l’aide du WWF et de Robin des Bois.

Un sondage respectant strictement les règles de représentativité et mené sur 14 % de la population de Brives-Charensac révèle que la majorité des habitants de Brives sont plus convaincus par les critiques de SOS Loire Vivante que par les arguments de l’EPALA.

Avec 22% aux municipales du Puy, trois membres de SOS Loire Vivante réalisent le score écologiste le plus important en France lors de ce scrutin et entre au Conseil Municipal.

10 avril : SOS Loire Vivante dépose une plainte contre l’approbation de l’Etat.

28 avril : Un jour avant la manifestation européenne au Puy, Brice Lalonde repousse le projet et demande à Loire Vivante de réaliser une étude financée par le ministère de l’Environnement. Cette étude devra démontrer « qu’une alternative au projet de barrage est techniquement et financièrement possible ». Loire Vivante demande au GRRM « Groupe de Recherche sur les Risques Majeurs » d’étudier l’inondation de 1980 à Brives-Charensac.

 29, 30 avril et 1er mai : Rassemblement européen au Puy : 10 000 personnes venues de France et d’Europe manifestent contre Serre de la Fare.

17  juin : constitution de l'association SOS Loire Vivante (loi 1901) en remplacement du Comité informel SOS Loire, avec le soutien du WWF et du FNE.

19 août au 2 septembre : « les Marcheurs de l’Eau ». Les membres de Loire Vivante font une marche au bord de la Loire, de sa source à son estuaire, pour sensibiliser la population au problèmes de la pollution et du gaspillage. De l’eau est prise dans la rivière à chaque étape et est comparée à l’eau claire de la source, démontrant ainsi la pollution et l’eutrophisation des retenues existantes.

14 octobre : La « Cabane de la Loire » est inaugurée sur le site occupé de Serre de la Fare.

Novembre : 1ère campagne publicitaire menée par SOS Loire Vivante. La Loire : « Sauvez-moi avant qu’il soit trop tard ».

9 décembre : SOS Loire Vivante, avec l’aide d’associations locales de pêche et d’environnement, organise une journée de nettoyage des rives de la Loire près du Puy pour montrer l’importance d’une gestion écologique des bords de fleuves.

1990 et la suite

retour


retour à la page principale

Ces pages et leur contenu sont © Copyright de European Rivers Network.